Categories
We are in Social
27 novembre
2014
envirovertetbrun PolQc
7974 Views

Scandale, ma viande date d’hier!

Vous l’ignorez peut-être, mais je suis bouchère. Du moins, je l’ai déjà été. En effet, à l’âge de 17 ans, j’ai fait un DEP en boucherie. J’ai ensuite travaillé dans le domaine pendant 1 ans, avant de m’apercevoir que le service à la clientèle n’était pas fait pour moi. En tous cas, celui nécessaire à l’alimentation de la population. J’étais tannée de m’obstiner sur la bonne épaisseur du baloney de Mme Giroux et de M. Richer.

Bref, vous comprendrez que le tumulte que créé la « grosse nouvelle » entourant le remballage des viandes par certains commerçants me touche particulièrement. Pourquoi? Parce que moi aussi j’ai remballé de la viande. Il y a bientôt 20 ans (j’ai 36 ans), derrière mon comptoir d’apprentie bouchère, à la vue de tout le monde, je déballais et remballais les viandes de la veille et de l’avant veille afin de leur réattribuer la Ö combien importante date du jour. Ça demandait quand même de la minutie. Je m’explique. La viande rouge devient plus foncée en l’absence de lumière. De fait, il se forme un rectangle plutôt brunâtre sous l’étiquette. Quand on remballe, il est donc bien important de placer la nouvelle étiquette exactement au même endroit que l’ancienne…question d’éviter les soupçons de Mme Giroux et de M. Richer.

Je n’avais pas le mandat de remballer uniquement les viandes. Oh Non! Je remballais tous les produits frais (préparés ou en vrac) qui étaient emballés individuellement comme les sous-marins, les fèves au lard, des fromages, les fruits et les légumes coupés, la sauce à spaghetti, les pizzas, les salades, le boudin et patati et patata, la magie s’opère.

Avant d’arriver sur les tablettes, la plupart des produits frais qui vous sont vendus en épicerie arrivent en vrac dans les entrepôts (salade de chou, de patates, de macaronis, boudins, fèves au lard, sauces etc).

images-1

 

Le commis et/ou le boucher divise ensuite le tout en portions individuelles dans de plus petits contenants.

file_50_25

 

 

Pour remballer, suffit de changer le couvercle, d’y apposer une nouvelle étiquette et d’assurer une rotation des contenants sur les tablettes. J’imagine qu’il arrivait qu’un produit soit remballé plus d’une fois. Parfois le p’tit pot est étiqueté frais du jour, mais la grosse chaudière ça fait 3 semaines qu’elle traine dans le frigidaire de la boucherie….

Bref, seul le boeuf haché était épargné (le veau et le porc hachés aussi). Lui, (le vieux boeuf haché de la veille), on le diluait dans une « batch » de boeuf haché frais du jour, tout comme le steak, la côte croisée ou le rôti français dont l’apparence et/ou l’odeur douteuse diminuait son potentiel d’être vendu tel quel. Pour ce qui est du poulet, une petite snif matinale suffisait pour déterminer si la cuisse était remise en vente avec la date du jour, ou si la poitrine aux effluves particulières était dirigée, tout simplement, vers la friteuse de M. Chester.

Cas isolés?

Certains commerçants et politiciens tentent de faire croire que les récents témoignages sont des cas isolés. Oubliez ça. Cette pratique est partout depuis la nuit des temps (lire depuis l’apparition de la fameuse date de péremption). J’ai travaillé dans une grande chaine ET dans une petite boucherie de quartier. Le mandat était le même : C’est pas vendu? On remballe!

Ne le dites pas à personne, mais on le faisait même à l’école de boucherie….pis ça c’est quand on enlevait pas les petits bouts bruns, bleus ou verts avant de remballer.

Et puis?

À ma connaissance, ni Mme Giroux ni M. Richer ne sont morts parce que leurs rôtis de boeuf avaient une journée de plus que ce qu’indiquait l’étiquette. En comparaison, l’environnement, lui, souffre beaucoup de la surconsommation créée de toute pièce par les dates de péremption (et l’obsolescence programmée). On cri à l’imposture avant même de se questionner sur les impacts réels de ce stratagème sur la santé publique. Bien que nécessaire pour assurer la rentabilité des marchés d’alimentation, il est toutefois vrai que cette stratégie est malhonnête envers le consommateur. Si la règlementation actuelle n’incitait pas au gaspillage, les commerçants n’auraient cependant pas à trafiquer ainsi les dates sur les produits. Il y a déjà d’énormes quantités de nourriture qui sont jetées aux ordures quotidiennement que s’en est tout simplement écoeurant. Imaginez maintenant si on jetait les viandes ou les crudités qui sont encore parfaitement comestibles uniquement parce qu’elles datent d’hier. Considérant la famine dans le monde, questionnons-nous sur la pertinence de la péremption présumée, si ce n’est que pour enrichir les producteurs…

Des solutions existent

Par les autorités

  • Modifier la réglementation afin qu’elle reflète la réalité en matière de salubrité des aliments et de santé publique ;
  • Interdire l’enfouissement des matières organiques ;
  • Augmenter les tarifs à l’enfouissement et diminuer les coûts de la récupération ;
  • Exiger que les commerçants adoptent une politique de gestion des matières résiduelles qui favorise la récupération ;
  • Mettre en place des mesures fiscales incitatives pour que les entreprises mettent en oeuvre une politique de gestion des matières résiduelles.

Par les commerçants

  • Réduire le nombre d’exemplaires sur les tablettes. En effet, si les exemplaires d’un produit ne se vendent pas tous en une journée, c’est peut-être simplement parce qu’il y en a trop ;
  • Réduire le prix en fonction de la date tout en s’assurant, évidemment, de respecter la réglementation sur la salubrité des aliments (jusqu’à ce qu’elle soit modifiée) ;
  • Mettre en oeuvre une politique de gestion des matières résiduelles qui favorise la récupération.

Par les consommateurs

  • Sur une tablette, toujours prendre le dernier produit dans l’allée. Considérant le roulement, le produit du fond risque fortement d’être plus frais et ce, même s’il a la même date de péremption que celui se trouvant en avant ;
  • Toujours demander au boucher de couper et d’emballer les viandes devant lui et ce, même si le comptoir en est plein ;
  • Se fier à son jugement. Nos yeux et notre nez sont beaucoup plus réalistes qu’une étiquette pour déterminer le niveau de péremption d’un produit ;
  • Investir dans une fermette et faire boucherie soi-même dans son garage ou celui du voisin.

 Saviez-vous que…

  • si vous coupez en cube un rôti français, ça vous donne des cubes à brochette pour beaucoup moins cher le kilo?
  • si vous coupez en tranche un rôti français, ça vous donne des steaks français pour beaucoup moins cher le kilo? Pis si vous souhaitez du poivre ou du persil autour, roulez le rôti dedans avant de le trancher.
  • si vous coupez en cube un rôti de palette, ça vous donne des cubes à ragout pour beaucoup moins cher le kilo?
  • des parties plus pâles du boeuf sont hachées et affichées comme étant du veau haché (vendu plus cher)?
  • une partie de l’intérieur de ronde est parfois coupée de telle sorte qu’elle ressemble à du surlonge, avec le nerf qui traverse le muscle (vendu plus cher)?
  • les contenants de styromousse noirs sont judicieusement choisis afin de faire paraitre le gras plus blanc? Dans un contenant blanc, le gras parait plus jaune.
  • toutes les parties du boeuf, lorsqu’elles sont hachées, s’équivalent? Ça ne sert à rien de payer plus cher pour du filet mignon haché. Du jarret sera aussi bon.
FacebookTwitterEmailPrintPartager



Laisser un commentaire

Commentaires récents

Myc Gareau
2015-07-05 22:34:33
Chère Genevièce, j'ai un peu survolé de ton site. Je me souviens de plusieurs étape. Il est merv...
Pourquoi la victoire albertaine du NPD fascine les Québécois? | Métro
2015-05-06 15:46:44
[…] ailleurs, comme le souligne la militante péquiste Geneviève Tardy, alias L’Obstineuse,...
Laurent Desbois
2015-05-06 14:36:38
Le NDP de l'Alberta est plutôt au centre! Les deux partis de l'oposition sont à droite! Un NDP pro...
Geneviève Tardy
2014-08-02 15:21:25
Vous recommandez, donc, de consigner le contenu plutôt que le contenant? Ce modèle ne va pas à l'...
Geneviève Tardy
2014-08-02 15:17:39
Dans ce cas précis, les lobbys sont assez forts des deux côtés. Dans les pro-consignes, on ne ret...

Articles populaires

Véronique et Martine – La politique à l’échelle humaine
13 mai 2016
envirovertetbrun, PolQc
Véronique et Martine – La politique à l’échelle humaine
Scandale, ma viande date d’hier!
27 novembre 2014
envirovertetbrun, PolQc
Scandale, ma viande date d’hier!
L’obscur cabinet de Monsieur le ministre
20 décembre 2014
envirovertetbrun, PolQc
L’obscur cabinet de Monsieur le ministre
Liberaux.net : silence, j’digère!
30 novembre 2014
envirovertetbrun, PolQc
Liberaux.net : silence, j’digère!

Mes réseaux